Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 décembre 2010 7 05 /12 /décembre /2010 17:27

pere-noel-accueil.gifMamies, pépés, mamans et papas, adhérents de l'Amap, venez avec vos enfants ou petits enfants jeudi 9 décembre de 17h30 à 19h au lieu habituel de distribution, le Père Noël nous a promis de passer.

Pour vous récompenser de braver le grand froid, un chocolat chaud vous réchauffera.

Un peu de temps, une patisserie fera bien plaisir aux pitchouns ... et aux plus grands.

A jeudi.

Repost 0
Published by Les motivées - dans Les événements
commenter cet article
29 novembre 2010 1 29 /11 /novembre /2010 19:09

Gégé nous l'avait promise ; la recette de la soupe à l'oignon est maintenant à votre disposition. Merci Gégé.

 

INGREDIENTS

 

Pour 4 personnes.

 

-      4 gros oignons.

-      30 gr de beurre.

-      2 cuillères à soupe d’huile d’olives.

-      1 cuillère à soupe de farine.

-      15 cl  de vin blanc.

-      10 cl de porto rouge ou madère.

-      1 branche de thym frais.

-      1 litre d’eau et bouillon cube de volaille.

-      8 tranches de pain baguette.

-      50 gr de gruyère ou de comté râpé.

 

PREPARATION

 

       Peler émincer les oignons finement.

Faire blondir les oignons dans le mélange beurre + huile d’olives.

Saler, poivrer et ajouter la branche de thym frais.

Laisser cuire à feu doux jusqu’à obtenir une compotée.

Ajouter le vin blanc et le porto, saupoudrer de farine, mélanger et laisser évaporer l’alcool pendant 5 minutes.

 

       Pendant ce temps vous aurez fait bouillir l’eau et ajouté le bouillon cube de volaille.

Mouiller les oignons avec le bouillon, compléter votre assaisonnement et laisser mijoter à feu doux pendant 20 minutes.

 

       Faire griller les tranches de pain.

Disposer les tranches au fond d’une soupière ou de 4 bols individuels

Verser la soupe sur les croûtons et servir le gruyère ou le comté râpé à part.

 

CONSEILS

Si votre soupière ou vos bols supportent le passage au four :

-      Saupoudrer les croûtons de fromage râpé.

-      Verser la soupe par dessus.

-      Saupoudrer à nouveau de fromage et faites gratiner quelques minutes au four.

 

Bon appétit, amis amapiens d'ici et d'ailleurs.

 

Repost 0
26 novembre 2010 5 26 /11 /novembre /2010 17:44

" Bonsoir à tous,


Un message dont l'objectif est "d'économiser" des kg de poires afin de pouvoir en fournir jusqu'en février.
D'abord, pour les AMAP qui feraient de nouveaux contrats, ne pas mentionner les caisses et plateaux de poires ainsi que de pommes-poires. Ensuite, pour les contrats en cours, si certaines personnes le désiraient, elles pourraient changer leur plateau de poires en plateau pommes-poires et carrément changer leur caisse de poires et de pommes-poires en caisse de pommes.
Mais j'ai bien dit " si elles le voulaient...".

En vous remerciant de votre compréhension.
A bientôt, amicalement,
Philippe Bilocq "
Site Web.

Que les personnes intéressées par un éventuel échange appellent Claude au 06 82 07 15 83.

Repost 0
26 novembre 2010 5 26 /11 /novembre /2010 12:24

Sympa, ces distributions agrémentées, soit d'une dégustation, soit d'un apéro ... 
2010-0440.JPG

  Hier, 25 novembre, " la soupe à l'oignon" fut la vedette. Il faut dire qu'elle était délicieuse,  Gérard Toussan, 2010-0447-copie-1.JPGnotre spécialiste du "comment cuisiner les oignons" y avait mis tout son coeur (recette promise).

 

 

2010 0442

 

 

 

 

 

  

Un grand merci aussi à Cécile et Patrice, du magasin " La Source Bio" qui nous ont gentiment offert quelques dizaines d'oignons ... bio, évidemment.


Le jeudi 9 décembre, si nous invitions le Père Noël ! Nous en reparlerons très bientôt.

Repost 0
Published by Les motivées - dans Les événements
commenter cet article
18 novembre 2010 4 18 /11 /novembre /2010 19:13

Souvenez-vous, il y a quelques semaines, dans un article que vous pouvez relire http://amap.lorgues.over-blog.com/article-le-4-novembre-chez-nos-voisins-des-bouches-du-rhone-a-molleges-au-clos-du-capoun-il-n-y-aura-plus-de-verger-59126576.html , Pierre Priolet nous expliquait pourquoi il allait faire arracher des dizaines d'hectares de poiriers. Le 4 novembre, les bulldozers ont effectué leur triste besogne.
Pierre explique son désarroi, imagine des solutions, souhaite être écouté et surtout, Pierre ne baisse et ne baissera pas les bras. Amis amapiens, la lecture de cet article - dont le titre peut paraitre excessif - nous conforte dans notre démarche solidaire.
Tiens bon Pierre, tu n'es pas seul.

Cet article est extrait de Rue89 :
http://www.rue89.com/2010/11/17/devenir-agriculteur-aujourdhui-est-un-acte-plus-que-suicidaire-176251 

« Devenir agriculteur aujourd'hui est un acte plus que suicidaire »
Par Nicolas Valiadis | Journaliste En partenariat avec Agents d'entretiens

Les bulldozers venus abattre les 13 hectares de poiriers de Pierre Priolet ont mis en lumière tout le dysfonctionnement du système agricole hexagonal. Cet arboriculteur du Vaucluse avait, grâce à son site Consommer-juste.fr, tenté d'apporter des réponses à l'hémorragie rurale.

Mais dans un monde de consommation de masse contrôlé par les grandes surfaces et où l'on privilégie le visuel au goût, les moulins à vent ont eu raison de la pugnacité de notre Don Quichotte paysan.

Face à un Etat léthargique qui laisse mourir les hommes de la terre, l'utopie de Pierre Priolet est un rayon de soleil sur le sol tari d'une agriculture moribonde. Notre homme de courage n'a heureusement pas dit son dernier mot et compte bien repartir au combat. Qu'on se le dise ! (Voir le reportage de France 2 sur Pierre Priolet)

   

Agents d'entretiens : Les bulldozers à l'assaut de votre verger, plus que ces arbres abattus, est-ce pour vous le symbole d'une petite mort de l'agriculture hexagonale et de son système de fonctionnement ?

Pierre Priolet : Lorsque les engins sont arrivés, j'ai eu le sentiment de me trouver ouvrier dans une usine qu'on venait délocaliser. On tente aujourd'hui de délocaliser l'agriculture, victime de cette course au travail moins cher. Je pense que la société a perdu ses repères essentiels de vie.


Pensez-vous que le problème majeur de l'agriculture aujourd
'hui est d'avoir abandonné aux industriels et à la grande distribution la commercialisation de ses productions ?

L'agriculture telle qu'elle est aujourd'hui connaît trois malheurs. Tout d'abord, la division des agriculteurs face à leurs problèmes. Ensuite le fait que l'on produise des biens périssables, donc que l'on est obligé de vendre à un instant T. Et enfin, que la grande distribution profite de nos faiblesses en se transformant en prédateur parfait. Ces grandes surfaces abreuvent les consommateurs de prix cassés, de leader du prix bas. Mais le moins cher par rapport à quoi ? Personne ne répond à cette question et on a le sentiment d'un véritable abus de langage.


Aujourd
'hui, on achète les fruits et légumes sur les étals en fonction de leur apparence et non de leur qualité gustative. Pourquoi ?

Pendant vingt ans, on nous a vendu du consumérisme comme si le « manger beau » était essentiel. Mais la nature ne produit pas que du beau et il suffit pour cela de regarder le genre humain. Si on vit tous ensemble avec nos différences, c'est que cette différence est essentielle.

Croire que les fruits doivent être beaux pour être bons est du domaine de l'utopie. On privilégie l'apparence à la qualité gustative de la nourriture, ce qui est pure folie. Il ne faut pas oublier que les agriculteurs sont des nourriciers et pas hommes du marketing. Notre but est de vendre un produit, pas son emballage !

Aujourd'hui, on massacre les agriculteurs qui ne peuvent vivre de leur terre sur les prix et on massacre les consommateurs sur les prix d'achat des produits. Résultat : le monde rural se meurt et de plus en plus de personnes ne peuvent manger à leur faim. Pour moi, le droit à la nourriture est un droit inaliénable qui est aujourd'hui bafoué. La société doit se reprendre et donner à chacun une dignité par le travail.


Mais comment expliquer, alors que les consommateurs se plaignent d
'acheter des produits sans goût, que vous soyez obligés de détruire un verger qui engendre de si bons fruits ?

La grande distribution veut vendre des produits qui ne bougent pas pendant quinze jours, alors ils achètent des produits immatures. Le commerce moderne fait tout pour dégoûter les gens de manger des fruits et légumes frais qui ont du goût pour les tourner vers les seuls produits industriels que ces grandes surfaces souhaitent mettre en avant dans leurs rayons.

La grande distribution a fait son travail jusque dans les années 90, mais la dérive financière à pris le pas et, pour compenser les pertes, on tue peu à peu les producteurs simplement en ne les payant pas.

L'eau, l'air, la terre ne sont pas un marché comme les autres. Ce sont des éléments indispensables à la vie et il est insupportable d'entendre parler de « marché » les concernant.


Actuellement, l
'agriculteur vend sa production à perte, alors que la vente à perte est interdite. Comment l'expliquer ?

C'est la logique économique actuelle. Seule la seconde mise en marché a une interdiction de vente à perte. On est tellement habitué à la spoliation que cela paraît naturel. Cette situation est de surcroît cautionnée par l'Etat qui se désengage de tout.


Comment expliquer que vos poires, payées 0,17 euro le kilo alors qu'elles reviennent à 0,35 euro à la production, soient revendues dans l'hypermarché entre 2,80 et 3 euros le kilo ? On se moquerait de nous ?

Tout le monde croit qu'il y a 1 million d'intermédiaires, c'est faux ! Il y a moi (soit un prix de 35 centimes à la production), le groupement de producteurs ou les expéditeurs (25 et 65 centimes pour l'emballage et l'étiquette) puis la grande distribution. On passe donc de moins de 1 euro à 3 euros en prix de vente en grande surface pour le consommateur.

>Ensuite, ces enseignes nous parlent de prix bas, de prix cassés. C'est une hérésie. Il n'y a hélas aucune réglementation pour combattre cet état de fait. Les grandes surfaces se permettent une marge conséquente alors qu'au départ, il suffirait qu'elles achètent 20 centimes de plus nos produits pour sauver les agriculteurs de la misère. Aujourd'hui, un agriculteur peut-il vivre sans la grande distribution ? 85% de la production française passe par la grande distribution, donc difficile de vivre sans ! Si rien n'est fait, il n'y aura plus, à terme, que des produits venus de l'étranger dans les grandes surfaces. Toute la société est basée sur la vente à perte et c'est insupportable, car c'est là qu'est la cause de la déperdition du monde rural.

On ne peut bien sûr pas dire qu'il y a une entente sur les prix au sein des enseignes de la grande distribution, mais on peut constater qu'ils pratiquent tous le même prix. Ensuite, aux consommateurs de se faire leur propre point de vue sur la question.


Vous souhaitez permettre à chacun, dans tous ses actes d'achat, de pouvoir connaître objectivement les conséquences de son geste. Il est vrai que peu de gens savent par exemple qu'en achetant des produits contenant de l'huile de palme, ils contribuent à la déforestation en Asie et donc à la disparition d'espèces animales !

C'est aussi pour cela que j'ai créé mon site Consommer-juste.fr. Consommer juste, cela veut dire que lorsque j'achète un produit, je prends connaissance des conséquences de mon acte. C'est plus puissant qu'un bulletin de vote de contrôler de la sorte ses achats quotidiens. C'est agir directement sur l'économie, donc l'argent, soit le nerf de la guerre.

Ce n'est pas moi en produisant mais vous en achetant qui allez faire bouger les choses. Il faut dire aux consommateurs qu'ils ont le pouvoir et que nous, agriculteurs, nous travaillons pour eux.

Le juste prix n'est pas que pour le producteur, mais doit suivre la chaîne jusqu'au consommateur que l'on vole aujourd'hui et qui ne peut nourrir sa famille. Prendre des impôts au consommateur pour donner des aides aux agriculteurs, c'est le voler deux fois. Les agriculteurs ne demandent qu'une chose : qu'on leur paye leurs produits sans les spolier.


Vous dites que l'Etat n'a aucun moyen susceptible de vous aider et que c
'est à vous d'imaginer des solutions et de faire en sorte d'œuvrer pour le bien de tous. Mais alors, à quoi sert l'Etat aujourd'hui pour le monde agricole ?

C'est à l'Etat de se poser des questions. Je suis un simple citoyen, j'essaye de réveiller les consciences. A partir du moment où il y a une situation injuste, on se doit de la montrer.

Il faut obliger l'Etat à assumer son rôle vis-à-vis du citoyen. Il y a de plus en plus de pauvres dans notre pays simplement parce que l'Etat ne fait pas son travail. Il nous faut entrer en résistance face à cela.


Parlez-nous de votre projet qui consiste à donner à toutes les exploitations agricoles intéressées la possibilité de vendre 1 000 m2 de leurs terres agricoles en terrains constructibles…

L'idée est de dire que l'Etat est ruiné et ne peut -ou ne veut- pas nous aider. Nous, agriculteurs, avons des terrains. On peut faire cadeau au pays de 1 000 m2. Ce prix du terrain irait à 40% dans la trésorerie de l'agriculteur et à 60% à un fond capable de créer des magasins. Cela représente des milliards pour l'Etat. Mais visiblement, on préfère voir des terres en friche.

60% iraient donc à un fonds agricole d'utilité publique. Ce fonds ferait l'acquisition de magasins qui seraient dirigés par un chômeur de plus de 53 ans ayant les compétences requises et emploieraient trois ou quatre jeunes de 18 à 25 ans sans qualification avec un vrai CDI.

C'est l'idée, mais visiblement, l'Etat se fout de mes idées. 3% d'agriculteurs ne représentent rien. Les hommes politiques parlent de Kärcher dans une cité. Là, ils engrangent des voix !

Dans un monde agricole basé sur la production venue de la terre, on a besoin de temps alors que dans notre société, tout est à l'immédiat. Le président de la République est élu pour cinq ans, deux ans pour bosser et trois ans pour travailler à sa réélection. La donne est injouable et engendre un écart entre les politiques et les citoyens. Il ne faut pas perdre de vue que les campagnes qui meurent, c'est toute la vie du pays qui va mourir.


Sur le papier, votre projet paraît merveilleux pour dynamiser le secteur agricole et lutter contre le chômage. Pourquoi ne se concrétise-t-il pas ?

L'Etat s'en fout royalement. Personne ne m'a appelé pour me dire que mon concept était intéressant ou même utopique. Moi, je n'ai pas fait l'ENA et mes idées ne les intéressent pas.

Je ne parle pas en mon nom mais pour des jeunes agriculteurs en train de mourir. Devenir agriculteur dans les conditions actuelles est un acte plus que suicidaire, alors qu'en réalité, nourrir ses concitoyens est l'acte le plus noble que l'on puisse faire. Il est dommage de décourager les jeunes d'exercer un aussi beau métier.


Comment imaginez-vous le monde rural dans dix ou vingt ans si rien n
'est fait pour lui venir en aide ?

Mal, très mal. Peut-être mort si rien n'est fait. J'écris actuellement un livre qui sortira chez Robert Laffont en février. C'est le témoignage de quarante ans de vie dans le monde agricole et j'espère qu'il permettra aux gens d'y voir plus clair.

Je suis sûr que ça va bouger car les personnes qui n'arrivent plus à s'en sortir financièrement en ont marre et vont forcément réagir. Moi en tout cas, je m'engage à faire en sorte que les choses bougent, et j'irai jusqu'au bout."

 Pierre Priolet (Nicolas Cottong)

Pierre Priolet (Nicolas Cottong)

En partenariat avec Agents d'entretiens

En partenariat avec Agents d'entretiens

Repost 0
Published by Les motivées - dans A lire ou à voir
commenter cet article
12 novembre 2010 5 12 /11 /novembre /2010 19:26

D’accord, Noël, c’est dans 6 semaines, mais déjà, vous imaginez comment régaler famille et amis. Pourquoi pas un beau chapon, bien doré, accompagné de marrons, miel et potimarrons !
Un chapon, d’accord, mais un bon chapon, nourri sainement, non hâtivement ; un chapon de chez Corinne et Frédéric, nos courageux volaillers.
Par contre, il faut réserver assez vite… il n’y en aura pas pour tous, malheureusement.

Questions que vous vous posez certainement, « sont-ils gros ? », entre 3 et 4kg5 et « le prix ? » 16 € le kg.

 

Corinne et Frédéric nous expliquent comment sont élevés leurs chapons :

« Les chapons sont opérés (castrés) par des spécialistes vers la 5ème semaine, élevés en plein air et nourris sainement (aliments Bio) pendant 5 mois.
Le 6ème mois, nous les enfermons dans un bâtiment où ils sont nourris 3 fois par jour d’une pâtée composée de lait, farine de maïs et son. Ils sont abattus 1 semaine avant Noël par nos soins et livrés sur votre table de fêtes. N’hésitez pas à nous appeler au 04 94 70 96 02 pour passer vos commandes ».

 

Voici une recette « du Gers » qui devrait plaire :

chapon-marron-188x152.jpg 

Ingrédients :

1 Chapon d’environ 3kg,  prêt à cuire

1 gousse d'ail

800 g de marrons décortiqués et précuits

1 brin de thym

800 g de pulpe de potimarron

Jus de citron

75 g de miel d'acacia

75 g de beurre

 

Cuisson du chapon :
Allumez le four thermostat 6 (180°).
Salez et poivrez le chapon à l'extérieur et à l'intérieur et posez-le sur la grille du four au-dessus de la lèchefrite.
Glissez-le dans le four.
Laissez cuire 2h30 - 2h45, en l'arrosant régulièrement du jus qui se forme dans la lèchefrite.
Si le jus caramélisait trop vite, ajoutez quelques cuillerées d'eau.
Au bout de la première heure de cuisson baissez le thermostat à 5 (150°).

Préparation des marrons :
Pendant ce temps, préparez les marrons.
Faites chauffer la moitié du miel dans une grande poêle et ajoutez les marrons.
Laissez-les caraméliser en les retournant sans cesse. Poivrez. Réservez.

Préparation du potimarron :
Coupez la pulpe de potimarron en cubes de 2 cm de côté.
Faites-les dorer dans le reste de miel avec le beurre, le sel et le poivre, en les retournant délicatement, pendant 10 min environ.
Mélangez le potimarron avec les marrons et réservez au chaud.

Préparation de la sauce :
Lorsque le chapon est cuit, dressez-le sur un plat et couvrez-le d'une feuille d'aluminium.
Réservez-le dans le four éteint.
Réservez le jus du chapon dans une petite casserole et éliminez le gras qui surnage.
Versez 3 à 4 cuillerées à soupe d'eau dans la lèchefrite afin de détacher les sucs de cuisson de la volaille.
Versez dans la casserole et faites réduire le jus jusqu'à ce qu'il soit sirupeux.
Salez et poivrez si nécessaire et ajoutez quelques gouttes de jus de citron.

 

Si vous avez d'autres recettes de "chapon de Noël", envoyez les nous, nous les mettrons en ligne

 

Repost 0
Published by Les motivées - dans Les contrats
commenter cet article
7 novembre 2010 7 07 /11 /novembre /2010 12:51
Et une AMAP varoise en plus !
Les amis de la nature, du bon goût et du maintien d'une réelle agriculture paysanne qui résident dans le golfe de St Tropez seront nombreux le 23 novembre 2010, salle Pisan de Cogolin à partir de 20.00h.
En effet, ils feront connaissance avec Yann, qui s'installe en maraîchage AMAP sur Cogolin. 
Daniel et Denise VUILLON, initiateurs des AMAP en France, parainneront Yann dans cette belle démarche. 
Yann produira à partir du printemps prochain. Afin d'aider son installation, 40 paniers sont nécessaires pour débuter. Toutes les personnes intéressées par ce concept sont les bienvenues.
Pour tous renseignements vous pouvez joindre Georgette Korhel au 06.16.55.02.83.
 
Yann, grand bravo pour ton engagement, tu peux compter sur le soutien et l'amitié des amapiens lorguais.
Repost 0
Published by Les motivées - dans Les événements
commenter cet article
6 novembre 2010 6 06 /11 /novembre /2010 21:18

afiiche-20-nov-600.jpgLors d'une réunion de producteurs en AMAP de Provence chez les maraîchers de plusieurs AMAP, Corinne et Laurent Fortage, il a été envisagé d'organiser une soirée de solidarité pour les agriculteurs en AMAP sinistrés

 

Pourquoi cette journée ?

- parce que les assurances ne remboursent ni la terre, ni les serres perdues.
- parce que les dédommagements éventuels de "calamité agricole" se font attendre.

 

Alors tout le monde s'y met !


Droits de projection offerts pour les 2 films : "Sans terres et sans reproches" et "Les Paysans" en présence de la réalisatrice Karine Bonjour qui fera le déplacement de Marseille et de Daniel Vuillon.

Concert gratuit par le groupe de musique Colatina.


Impression des affiches par le Crédit Mutuel.

Ateliers, expo et plein d'autres initiatives généreuses.


Et maintenant nous comptons sur vous pour diffuser par mail cette invitation à votre réseau associatif et amical.

 

Merci pour eux ! Pour qu'ils ne baissent pas les bras et pour leur dire :

« Nous avons besoin d'une agriculture de qualité et de proximité et nous serons là pour vous soutenir  à un moment ou à un autre de cette journée ... de 9h le matin jusqu'à 23h ».

 

Repost 0
Published by Les motivées - dans Les événements
commenter cet article
4 novembre 2010 4 04 /11 /novembre /2010 21:09

Jeudi 28 octobre ... dernière distribution de légumes pour 2010.

L'AMAP Les Motivé-e-s, fidèle à son image conviviale, organisait une dégustation de fromages (merci Florence), de boissons rafraîchissantes, de confiserie, de tartes et autres cakes salés ou sucrés (merci les amapiens), de miel (merci Anthony), de pain d'épices (merci Cécile).
Ce fut l'occasion de discuter entre nous, avec Patrice et de reconduire les contrats légumes pour l'an prochain. 
Une superbe fin de journée, beaucoup de monde, de la bonne humeur ... La vraie vie.

Merci à tous. On recommencera ... certainement pour Noël.

 2010-0394.JPG

2010-0391.JPG

  2010-0400.JPG

Repost 0
Published by Les motivées - dans Les événements
commenter cet article
26 octobre 2010 2 26 /10 /octobre /2010 21:08

Chers amis,

Dernière distribution de la saison
... reste un gros mois pour nettoyer, 2010-0347.JPGlabourer, ranger, nettoyer l'outillage, etc. …, puis décembre, c'est le début de la récolte des olives, une bonne année en perspective. Donc un petit mot pour vous remercier de nous avoir soutenus toute cette période (vos encouragements, vos compliments, vos sourires nous sont très précieux tout au long de la saison). Sur nos terres de Salernes, nous avons eu beaucoup de chance puisque très peu d’intempéries. Sachez que nous avons fait le maximum pour ne pas vous décevoir, même s’il est vrai que le début de saison fut assez frais, nous nous sommes rattrapés par la suite. Nous ne sommes pas maîtres du rythme des saisons.

Pour 2011, les conditions (dates ...) ne sont pas encore définitivement fixées ; vous aurez plus de précisions courant novembre par Alice, le lien entre vous et nous. Il y aura une nouvelle serre et nous réfléchissons à produire des légumes d’hiver !


Un grand merci encore à vous tous, amapiens, aux bénévoles de l’AMAP, pour la confiance et l’aide que vous nous portez.

Cette solidarité nous a aidés à réaliser un beau projet : « La Source Bio » (
8, rue av. Allongue,
réduction de 5% pour tous les amapiens - visitez le blog : http://lorgues.lasourcebio.over-blog.com/)

Encore merci et à bientôt.

Cécile et Patrice
(06 09 614 604).

Repost 0

Présentation

  • : AMAP de Lorgues - Le blog Les Motivé-e-s
  • AMAP de Lorgues - Le blog Les Motivé-e-s
  • : A Lorgues, créons ensemble les instruments du mieux vivre, du bien consommer ; ces instruments que sont une nouvelle façon de produire sainement, de permettre à nos partenaires producteurs de s'inscrire dans la durée, de prévoir leur avenir, de ne plus polluer une terre nourricière qui n'est pas notre propriété mais celle de nos enfants et petits enfants.
  • Contact

Les rendez vous

Livraisons Légumes, Oeufs, Poissons, Miel, Volailles, Fromages, Viandes ...
Toujours chez Brigitte Grivet,
domaine St Jean Baptiste,
1525, route des Arcs à Lorgues
.

Attention, ne stationnez pas sur la départementale, entrez chez Brigitte, vous pouvez facilement faire demi-tour près des caves. Ou si vous avez des difficultés à traverser la départementale pour entrer au Domaine, n'hésitez pas à faire demi tour à l'embranchement de la route de Vidauban.
                   

-----------------------------

Sur votre blog,

+ de 55 000 visites ...
+ de 440 articles !

Envoyez vos recettes, vos articles
à amap-lorgues@orange.fr


-------------------

Retour page d'accueil : http://amap.lorgues.over-blog.com/

Recherche

Un renseignement, contactez

L'e.mail de l'Amap :
amap-lorgues@orange.fr

La présidente, Chantal Toussan :
04 94 73 27 08 - 06 84 36 53 80  -  ctoussan@voila.fr 


ou l'un des liens producteurs/amapiens :  
   
- Légumes Bio (Mathieu Faure de Fox Amphoux)
  Liens : Jocelyne ABAUZIT
- 06 10 24 73  68 
             
jabauzit@aol.com
            Chantal Toussan -06 84 36 53 80

          ctoussan@voila.fr

- Vins (transition BIO) Domaine de L'Estello - Lorgues


- Fromages chèvres, brebis, vaches (Florence Bertin, Taradeau)
   Liens : Annie Rosello - 04 94 73 27 23 -  annierosello@hotmail.com

               Miepol Fayard - 04 94 73 92 73 - miepol.legoaoc@orange.fr


 - Poissons : Daurades Loups et maigres (Pierre Baltmigere et Bruno Régis - la Seyne sur mer)
  Liens : Louis Clavier - 04 94 70 94 04 - 06 76 60 42 97feminier@orange.fr
              Sylvie Sarrazin - 04 94 73 22 15 - ssarrazin83@gmail.com  


- Poissons : Truites - Ecrevisses Jean Claude Vigin de Bauduen
   Lien :  Miepol Fayard - 04 94 73 92 73 - miepol.legoaoc@orange.fr


- Fruits d'hiver Bio : (Bruno DEBON Châteaudouble)
   Liens : Claude Inaudi  04 94 73 24 34 - claude.inaudi@free.fr


- Oeufs, volailles (Corinne Costamagno, Ampus)
   Liens : Françoise Clavier - 04 94 70 94 04 - 06 76 60 42 97feminier@orange.fr     


- Viandes bovines (Véronique Quinot - Blieux 04)
   Liens : Annie Rosello - 04 94 73 27 23 -  annierosello@hotmail.com 


- Viandes d'agneaux (Francis Girard, Bauduen)
   Liens : Claude Inaudi - 04 94 73 24 34 - claude.inaudi@free.fr
                Miepol Fayard  04 94 73 92 73 miepol.legoac@orange.fr


- Miel : (BardiaSabet - Trans en Provence)
Lien : Christian Dépret 04 94 84 09 18  c.depret@wanadoo.fr

- Huile d'Olives - Louis Ehrhardt - Trans
- Farines - Céréales : (Bertrand Allai - Bras)
 


Un article, une recette, une photo, un commentaire sur le blog, joignez Christian Dépret au 04 94 84 09 18 - 06 74 41 89 81 - c.depret@wanadoo.fr.